Swamp Thing de DC Universe a du mal à gérer le ton au milieu des éclairs de brillance

Après deux épisodes, je ne sais pas trop quoi penser de ' Chose des marais », la dernière entrée dans le catalogue de la série de streaming DC Universe d'émissions qui se sentent plus adultes que ce que vous pourriez voir sur The CW mais pas assez adultes comme quelque chose que vous pourriez voir sur HBO ou Cinemax. Les meilleurs éléments de 'Swamp Thing' sont profondément inspirés par Jean Charpentier 's 'The Thing', et il y a même quelques éclairs d'horreur corporelle icky qui ont amené le maître de cela, David Cronenberg , à l'esprit. Entre ces fioritures visuelles se trouve un spectacle qui aurait s'intègre parfaitement dans The CW, avec des dialogues plats et des personnages ennuyeux. 'Swamp Thing' ne prend vie qu'occasionnellement, et c'est difficile à vendre lorsque les épisodes durent une heure, et on ne sait pas vers quoi se dirige la saison. C'est l'un de ces programmes que j'aurais aimé voir plus mais que je ne peux pas vraiment recommander après seulement une paire.

Tout d'abord, il y a quelque chose que vous devez savoir. DC Universe a fait un switcheroo sur cette émission, réduisant l'ordre des épisodes de 13 à 10 au milieu de la production de la saison. Comment exactement cela va fonctionner n'est pas clair. L'arc final de la saison se sentira-t-il précipité? Ne lui semble-t-il pas impossible ne pas avoir un impact sur l'ensemble de la saison ? Étonnamment, ils n'ont pas retardé la première, ils sont donc suffisamment satisfaits pour rester sur la bonne voie, mais il faut se demander comment cela se déroulera et être prêt à investir dans quelque chose qui pourrait se défaire à la mi-saison et plus tard. Bien sûr, c'était peut-être la bonne décision et tout finira par s'arranger, mais les drames tumultueux en coulisses mènent rarement à une navigation en douceur.

D'après ce que j'ai vu, j'aurais aimé que la décision de compresser 'Swamp Thing' en 10 épisodes ait été prise plus tôt. La première de près de 60 minutes aurait pu facilement depuis environ 45 ans, et l'émission m'a rappelé le Netflix Bloat qui a infecté la série Marvel Original, dont la quasi-totalité aurait pu être 30 à 40% plus courte. Ce qui est triste, c'est qu'il y a des choses à aimer ici. Faire une mise à jour moderne de 'Swamp Thing' avec une sensibilité cronenbergienne notée R ? Enregistre-moi. Cependant, la première prend 60 minutes complètes pour nous amener à la révélation de Swampy.



Avant cela, nous voyons que quelque chose ne va pas dans un marais du Marais, en Louisiane (vous devrez juste faire face à un spectacle se déroulant dans le Bayou dans lequel personne n'a le moindre accent). Une scène d'ouverture intelligente voit deux hommes la nuit dans un bateau qui sont essentiellement attaqués par le marais - des vignes, de la mousse et des branches dépassent leur bateau et le transforment en quelque chose que le monstre de 'The Thing' aurait creusé. Pendant ce temps, des gens tombent malades dans le Marais, dont une gamine avec quelque chose de visqueux qui sort de ses orifices. Elle semble en quelque sorte attachée au marais, et son cas amène un officier du CDC nommé Abby Arcane ( Roseau de cristal ) et un biologiste nommé Alec Holland ( Andy Bean ). C'est en fait un retour aux sources pour Abby, qui a une sombre histoire avec sa ville natale, notamment la mort de son amie Shawna, la fille d'un puissant homme d'affaires local nommé Avery Sunderland ( Will Patton ) et Maria ( Virginie Madson ).

Bien sûr, quiconque connaît ne serait-ce qu'un peu le matériel source sait que le pauvre Alec deviendra éventuellement un monstre moussu nommé Swamp Thing, joué sous un tas de maquillage par le légendaire Derek Mears . Exécutif produit par James Wan et dirigée par Len Wiseman , le spectacle a juste assez de trucs gluants et gluants pour le garder divertissant au niveau du film B. Cependant, le jeu des acteurs et les dialogues ne parviennent pas à trouver le ton juste. S'ils étaient devenus des films B à part entière comme 'Ash vs. the Evil Dead', cela aurait peut-être fonctionné, mais des scènes comme un peu d'effets fous fonctionnent dans un hôpital dans lequel un corps devient très affrontement animé avec ceux dans lesquels Madsen se déchaîne contre le meilleur ami de sa fille décédée, qu'elle blâme pour la perte. Il y a environ quatre émissions qui se disputent l'air dans ce marais, et pour le moment, une seule d'entre elles est intéressante.

Deux épisodes projetés pour examen.