Hacks revient avec une deuxième saison confiante et ambitieuse

ça a pris trop de temps mais Jean Smart est maintenant largement reconnue comme l'une des meilleures actrices de télévision travaillant aujourd'hui. L'étendue de son travail dans ' Fargo ,' ' Veilleurs ', et maintenant' Hacks 'est magnifique, et le personnage qu'elle crée sur ce gagnant HBO Max Emmy pour la réalisation, l'écriture et l'actrice pourrait définir sa carrière. Bien plus qu'un simple riff sur Joan Rivières - bien que l'inspiration soit évidente - Deborah Vance de Smart est un personnage riche et complexe. C'est une femme qui garde sa vulnérabilité autant que possible et qui doit pourtant accéder à cette partie d'elle sur scène tous les soirs. À bien des égards, la première saison parlait d'une femme secouée hors de sa zone de confort, forcée de considérer ce qui est drôle, ce qui est réel et ce qui est important. La deuxième saison de 'Hacks' continue ce voyage, et est presque plus ambitieuse dans la mesure où Deborah a maintenant décidé d'être plus honnête sur scène. Mais elle doit découvrir qui elle est hors scène pour rendre cela possible. Comme le lui dit sa partenaire d'écriture / ennemie Ava (Hannah Einbinder), se référant à l'endroit où elle se trouvait à Vegas par rapport à ce qu'elle essaie maintenant : 'Je pense que ce n'était qu'une colline, maintenant tu escalades une montagne.'

La nouvelle saison de 'Hacks' reprend immédiatement après la fin de la première saison avec Ava réalisant qu'elle a fait une énorme erreur en renversant tout le thé sur les pires habitudes de Deborah à une paire d'écrivains de télévision. Il faut quelques épisodes pour que cette bombe tombe dans la vie de Deborah et Ava, mais la façon dont elle se déroule est une étreinte fascinante des thèmes de 'Hacks'. Sans gâcher, cela transforme Deborah et Ava en adversaires dans le monde réel alors même qu'elles sont obligées d'être des alliées alors qu'elles travaillent son nouveau spectacle sur la route, sans la sécurité du Strip de Vegas. 'Hacks' comprend comment le show business peut transformer des personnes qui ne peuvent pas se supporter à un niveau en inspirations créatives les unes pour les autres en même temps. Comme Deborah, Ava essaie de comprendre qui elle est, évoluant constamment vers de meilleures habitudes - elle essaie de devenir sobre et de limiter la technologie dans sa vie cette année - mais se rend compte que forcer le changement ne fonctionne jamais. 'Hacks' concerne deux femmes à des niveaux de carrière très différents qui traversent des arcs similaires - cela pourrait être lu comme une histoire sur la façon dont nous essayons vraiment de comprendre qui nous sommes toute notre vie.

C'est aussi sacrément drôle. Malgré le paragraphe précédent relativement profond, la deuxième saison est plus une comédie d'ensemble. Le manager de Deborah et Ava, Jimmy (le très drôle Paul Downs ) obtient des rythmes hystériques alors qu'il essaie de se disputer à la fois ses clients problématiques et une assistante loufoque (Megan Stalter) qui lui rend la vie beaucoup plus difficile. La première présente presque tous les joueurs de soutien de la première saison, y compris Kaitlin Olson le DJ de Chris McDonald's Marty et Marque Indelicato c'est Damien. Et c'est agréable à voir Carl Clemons Hopkins donné un arc riche à nouveau cette saison alors que Marcus combat le fardeau intense du perfectionnisme qu'il s'impose en tant qu'allié le plus proche de Deborah contre une perception du bonheur qui inclut le clubbing et la possession d'un chien. L'agent de casting de cette saison mérite également un prix pour avoir apporté Laurie Metcalf pour une brillante paire d'épisodes, avec le grand Harriet Sansom Harris , un Marguerite Cho camée, et un amusement Devon Sawa tour. C'est clairement un spectacle auquel tout le monde veut participer.



L'écriture sur 'Hacks' est meilleure lorsqu'elle évite les montages que l'on pourrait qualifier de sitcomish. Le quatrième épisode emmène Deborah et Ava en croisière, et le travail des personnages est excellent, mais l'intrigue est trop prévisible et facile, en particulier pour un spectacle qui vire généralement à gauche quand il semble que tout va bien. C'est bien pour une émission comme 'Hacks' d'être idiote de temps en temps, mais ces moments se démarquent davantage cette saison dans un contexte qui prend les idées de l'émission plus au sérieux.

Pourtant, 'Hacks' surmonte ces configurations pour rester une comédie remarquablement intelligente, qui comprend le comportement humain et comment il est déformé par le show business. Ce que Jean Smart fait ici lui vaudra probablement un autre Emmy mérité, mais j'espère que l'attention accrue s'étendra un peu au reste de l'ensemble cette année aussi. Il n'y a pas de maillon faible dans ce casting. Pas un seul hack dans le peloton.

Six épisodes projetés pour examen .